POLITIQUE ET RELIGIEUX (3)

(Suite et fin de la réflexion commence dans les deux articles précédents.) I. LE TERRORISTE. Pour compléter ce qui a été analysé dans les deux articles précédents concernant le désir régressif qui le caractérise et la terreur que lui inspire son dieu, il faut bien discerner que le terroriste, évidemment, n’est que Haine du politique et Haine de l’Autre, et
Lire la suite…

LE POLITIQUE ET LE RELIGIEUX (2)

(suite de l’article précédent) II. LE POLITIQUE. Celui qui, selon Rousseau, a enclos un terrain en décrétant « ceci est à moi » et a trouvé « des gens assez simples pour le croire », celui-là, pour l’AO, a commis le péché originel : il a perpétré la violence première sur les autres et il a induit chez eux la même « faute ». Les ayant
Lire la suite…

LE POLITIQUE ET LE RELIGIEUX (1)

« Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire “ceci est à moi”, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile.» (Discours sur l’Origine de l’Inégalité entre les Hommes, OC III, Pléiade p. 164) Dans cette phrase de Rousseau, tout est là, en relief et en creux, respectivement du RELIGIEUX et
Lire la suite…

LE BATACLAN (2) : TERRORISTE ?

Au début était le Désir. Ou plutôt : à l’origine du mal était le Désir. Ou plutôt encore : c’est avec le Désir que le mal entre dans le monde. Qu’est-ce que le Désir ? Chacun aspire à l’Etre. Mais l’Etre n’est pas donné : il ne se peut qu’au bout d’un cheminement, d’un effort, au prix de la Volonté,
Lire la suite…

LE BATACLAN : PRIER OU COMPRENDRE

I. CONSTAT Quand la connerie (1) pure a frappé, rien n’est à dire. Tout au moins, rien ne sert de qualifier : il faut se taire à point. Se taire mais ne pas cesser de penser. Et ce qui me donne à penser, en cette fin de week-end sans nom, ce sont les réactions que j’ai entendues nous parvenant du monde
Lire la suite…

CHARLIE ET LES CONS

Il y a quelques années, écrivant deux petits ouvrages de synthèse, j’avais songé à faire entrer au nombre des concepts de l’Analyse Ontologique le concept de “con” et de “connerie”. J’avais alors l’intention de le faire figurer, à sa place dans l’ordre alphabétique, dans le glossaire. Je ne l’ai pas fait : c’est le jour d’y procéder, au moins le
Lire la suite…

DIEUDONNE ET LE COMPLOT

Sans porter aucun jugement ni sur l’homme ni sur l’affaire, au moins peut-on proposer une analyse du phénomène qui défraie la chronique depuis quelque temps. Récemment, à la télévision, le président de la LICRA, Me Jacubowicz, rappelait l’historique d’une dérive. Dieudonné M’Bala M’Bala a formé un beau jour le projet de monter la production d’un film. Il a échoué. C’est
Lire la suite…

Billet 8 : SARKOZY ou le devoir de Pouvoir

Dans une interview toute récente, Nicolas Sarkozy fait savoir qu’il pourrait revenir en 2017, non pas cependant par envie, simplement par devoir – pour la France. Voilà qui mérite un petit examen. Pour procéder à cet examen, il s’impose de considérer un autre de ses propos, dans la même interview : il confie n’avoir aucune envie de retrouver le monde politique, qui
Lire la suite…

Billet 7 : COPE/FILLON

François COILLON et Jean-François FIPÈ François COPON et Jean-François FILLÈ   Selon un principe essentiel de l’AO – éviter toujours de réagir trop à chaud –  c’est  avec quelque recul qu’on peut maintenant revenir sur l’affrontement de Messieurs Copé et Fillon pour prendre la tête de l’UMP. Il faut d’abord noter que, loin qu’on ait assisté à une confrontation, il
Lire la suite…

ROUSSEAU (13) : LE CROYANT LITTERAIRE

LA NOUVELLE HELOÏSE est un lieu textuel, littéraire en l’occurrence, particulièrement privilégié pour observer ce phénomène qu’est le Croyant, et singulièrement ce Croyant qui n’a pas l’air de l’être, ce Croyant dont on ne se douterait pas même qu’il l’est, puisqu’il ne fréquente pas l’église, le temple, la synagogue ni la mosquée. C’est ce Croyant profane – et justement le
Lire la suite…

ROUSSEAU (12) : L’AMANT ET LE CROYANT

Avec son roman JULIE ou LA NOUVELLE HELOÏSE, un roman d’amour dont il faut rappeler qu’il a été, malgré son épaisseur (“feuillu” disait Diderot), un des plus gros succès de librairie du siècle, Rousseau nous offre l’opportunité, et avec un texte d’une beauté littéraire sans égale, d’observer, voire de radiographier le Croyant dans une de ses réalisations les plus courantes
Lire la suite…

ROUSSEAU (11) : LE CROYANT ET LE THEATRE

Dans la LETTRE A D’ALEMBERT sur les spectacles, Rousseau cite une loi du Code du droit civil romain : « “Quisquis in scenam prodierit, ait praetor, infamis est.” Le préteur ajoute : Celui qui montera sur un théâtre sera infâme.» (GF, p.129). Parlant de la tragédie grecque, il observe : La tragédie n’étant d’abord jouée que par des hommes, on ne voyait
Lire la suite…

ROUSSEAU (10) : LE CROYANT QUI S’AVOUE

La Lettre à Voltaire peut être lue comme une sorte de manifeste du Croyant, on l’a déjà montré dans quelques articles antérieurs. Mais la fin de cet écrit apparaît même comme un condensé de tout ce qui fait le Croyant.  Je ne puis m’empêcher, Monsieur, de remarquer […] une opposition bien singulière entre vous et moi […] . Rassasié de
Lire la suite…

BILLET 6 : LE MARIAGE HOMOSEXUEL

Là aussi, l’anthropologie peut apporter quelques éléments au débat. Tu as dû entendre l’argument principal des détracteurs du projet : « Un enfant a le droit de grandir entre un papa et une maman, et c’est dans ce seul cadre qu’il peut se construire.» Réservons pour l’instant la seconde partie de l’argument et observons la première. Tout se jouerait entre un
Lire la suite…

BILLET 5 : LA CORRIDA

Tu as entendu, et peut-être suivi cette polémique autour de la corrida : partisan ou non ? Quant à l’AO, au premier degré, l’analyse est simple : la corrida est de la souffrance, donc elle va au rebours de l’Etre, et comme telle doit être bannie. Mais au delà de ce premier niveau, on peut, par l’anthropologie de l’AO, proposer une analyse
Lire la suite…