Billet 8 : SARKOZY ou le devoir de Pouvoir

Dans une interview toute récente, Nicolas Sarkozy fait savoir qu’il pourrait revenir en 2017, non pas cependant par envie, simplement par devoir – pour la France. Voilà qui mérite un petit examen. Pour procéder à cet examen, il s’impose de considérer un autre de ses propos, dans la même interview : il confie n’avoir aucune envie de retrouver le monde politique, qui
Lire la suite…

Billet 7 : COPE/FILLON

François COILLON et Jean-François FIPÈ François COPON et Jean-François FILLÈ   Selon un principe essentiel de l’AO – éviter toujours de réagir trop à chaud –  c’est  avec quelque recul qu’on peut maintenant revenir sur l’affrontement de Messieurs Copé et Fillon pour prendre la tête de l’UMP. Il faut d’abord noter que, loin qu’on ait assisté à une confrontation, il
Lire la suite…

ROUSSEAU (13) : LE CROYANT LITTERAIRE

LA NOUVELLE HELOÏSE est un lieu textuel, littéraire en l’occurrence, particulièrement privilégié pour observer ce phénomène qu’est le Croyant, et singulièrement ce Croyant qui n’a pas l’air de l’être, ce Croyant dont on ne se douterait pas même qu’il l’est, puisqu’il ne fréquente pas l’église, le temple, la synagogue ni la mosquée. C’est ce Croyant profane – et justement le
Lire la suite…

ROUSSEAU (12) : L’AMANT ET LE CROYANT

Avec son roman JULIE ou LA NOUVELLE HELOÏSE, un roman d’amour dont il faut rappeler qu’il a été, malgré son épaisseur (“feuillu” disait Diderot), un des plus gros succès de librairie du siècle, Rousseau nous offre l’opportunité, et avec un texte d’une beauté littéraire sans égale, d’observer, voire de radiographier le Croyant dans une de ses réalisations les plus courantes
Lire la suite…

ROUSSEAU (11) : LE CROYANT ET LE THEATRE

Dans la LETTRE A D’ALEMBERT sur les spectacles, Rousseau cite une loi du Code du droit civil romain : « “Quisquis in scenam prodierit, ait praetor, infamis est.” Le préteur ajoute : Celui qui montera sur un théâtre sera infâme.» (GF, p.129). Parlant de la tragédie grecque, il observe : La tragédie n’étant d’abord jouée que par des hommes, on ne voyait
Lire la suite…

ROUSSEAU (10) : LE CROYANT QUI S’AVOUE

La Lettre à Voltaire peut être lue comme une sorte de manifeste du Croyant, on l’a déjà montré dans quelques articles antérieurs. Mais la fin de cet écrit apparaît même comme un condensé de tout ce qui fait le Croyant.  Je ne puis m’empêcher, Monsieur, de remarquer […] une opposition bien singulière entre vous et moi […] . Rassasié de
Lire la suite…

BILLET 6 : LE MARIAGE HOMOSEXUEL

Là aussi, l’anthropologie peut apporter quelques éléments au débat. Tu as dû entendre l’argument principal des détracteurs du projet : « Un enfant a le droit de grandir entre un papa et une maman, et c’est dans ce seul cadre qu’il peut se construire.» Réservons pour l’instant la seconde partie de l’argument et observons la première. Tout se jouerait entre un
Lire la suite…

BILLET 5 : LA CORRIDA

Tu as entendu, et peut-être suivi cette polémique autour de la corrida : partisan ou non ? Quant à l’AO, au premier degré, l’analyse est simple : la corrida est de la souffrance, donc elle va au rebours de l’Etre, et comme telle doit être bannie. Mais au delà de ce premier niveau, on peut, par l’anthropologie de l’AO, proposer une analyse
Lire la suite…

ROUSSEAU (9) : L’ASCETE ET L’INTOLERANT

Se donner un dieu est un confort : c’est là céder à la Tentation. Mais ce renoncement a un coût : les rapports avec ce Dominant qu’est Dieu ne peuvent cesser d’être difficiles, voire invivables. Le Croyant troque son angoisse ontologique contre les affres du Dominé : pour échapper au vertige, il se donne au Scandale. Forcément, cette situation ne
Lire la suite…

Billet 4 : J.O. LALA !!!

Les Jeux Olympiques ! La fête du sport ! L’effort en majesté ! Le mérite sublimé ! Et ad libitum… Eh bien, les Jeux Olympiques, considérés dans la perspective de l’AO, apparaissent au contraire comme une catastrophe. Rabat-joie, pisse-froid, les tenants de l’AO ? Je jure que j’aime la joie et que je pisse tiède. Alors ? Considère. 1. La disproportion. Prends n’importe quelle discipline
Lire la suite…

ROUSSEAU (8) : CROYANT ET STRATEGIES DE DEFENSE

Le Croyant, par définition, est en danger. Etabli sur le Mythe, il se donne pour base ontologique, pour Horizontale, cela même qui est le moins apte à jouer ce rôle puisqu’à la merci de la Démythisation qui, tôt au tard, le fera voler en éclats. Rien de plus commode à la fois et de plus précaire que de croire !
Lire la suite…

ROUSSEAU (7) : FAIBLESSE DU CROYANT

A partir de la Renaissance, mais avec plus d’acuité encore au XVIII°, le Croyant se trouve dans une situation ontologique totalement nouvelle par rapport à celle qu’il vivait dans l’Antiquité et au Moyen-âge : il se trouve en face de cet individu pour lui incompréhensible et dangereux qu’est l’Athée — son démenti. Forcément, il est contraint de — sinon acculé
Lire la suite…

Billet 3 : KIPPA ou FRAPPEURS ET FRAPPES

Il y a quelques jours, ce fait divers : quelques jeunes gens portant la kippa dans la rue ont été agressés à coups de marteau.                                                        Des bourreaux et des victimes — est-ce tellement sûr, c’est-à-dire aussi simple ? Incontestablement,
Lire la suite…

ROUSSEAU (6) : COMPLEXITE DU CROYANT

Constatant chaque jour les problèmes que posent et les malheurs que causent les religieux (et non pas seulement les monothéistes mais aussi tous les Comparses, quel que soit leur dieu — gloire, argent, Pouvoir), je propose de continuer à explorer ce qu’est le Croyant, et, avec Rousseau — c’est en quoi il est passionnant et instructif — le Croyant qui s’aventure sans
Lire la suite…

ROUSSEAU (5) et le GOUVERNEMENT

A la veille de ce second tour des Elections Présidentielles, je n’ai pas de grande réflexion à proposer. Je préfère m’en tenir à citer, et sans même les commenter, quelques phrases de Rousseau, extraites du DISCOURS SUR L’ECONOMIE POLITIQUE. Dans ce texte, publié dans l’Encyclopédie en 1755, Rousseau définit, avant d’approfondir la réflexion quelques années plus tard, dans le CONTRAT
Lire la suite…