Accueil du site » BILLET 1 : LE VOILE ET LE CORPS

BILLET 1 : LE VOILE ET LE CORPS

Entre les articles, de fond, je glisserai des billets, d’humeur : juste une touche pour l’accroche, et la réflexion suivra.

 

LE VOILE ET LE CORPS

 

Ce matin, faisant mon vélo, j’ai croisé deux femmes, une plus âgée, une plus jeune, certainement la mère et la fille, qui faisaient leur jogging. — Et alors ?

Eh bien, elles étaient voilées de la tête aux pieds, juste le visage au jour, comme une pleine lune à lunettes au milieu du rideau. Et ainsi, dans cet appareil, dans cet équipage, couraient-elles, la fiole d’eau minérale à la main. — Et alors ?

Je suis un adepte du sport, tardif mais adepte : je me suis mis au vélo à 60 ans, pour me gommer un petit bide naissant et des poignées d’amour superfétatoires ; il n’y en avait pas des kilos mais ce peu était trop. Voir deux femmes courir, et de concert, ou de conserve, voilà qui me réjouit. Mais voilées ?

Je me suis dit sur le coup, et je me répète après coup : « C’est comme boire ou conduire : il faut choisir. Soit elles tiennent au voile et elles ne courent pas ; soit elles courent mais elles ôtent le voile.»

Pourquoi cette alternative ?

Courir, c’est accorder ce qu’il mérite au corps. Non ? Alors, comment peut-on octroyer son dû au corps en l’effaçant, en l’annulant sous l’oripeau injonctif ? Comment peut-on offrir une expression au corps tout en l’incarcérant dans la guenille religieuse ?

 

Corps et âme

 

L’Etre requiert une base, une Horizontale : le corps. Celui-là, la religion le hait. Pourquoi ? Le corps est le lieu de sensations et de voluptés — celles mêmes de l’Etre — qui échappent à l’Injonction. Pour l’individu, la Souveraineté commence par la possession de son propre corps : la religion ne le peut souffrir, et le fait souffrir.

 

Il faut féliciter ces deux femmes de courir ; il faut les plaindre d’être voilées.

Elles me sont à la fois très proches comme des amies, et interdites comme Croyantes.

 

Et toi, qu’en penses-tu ?

 

Joël Bienfait. 30.03.12

 

4 Commentaires à “BILLET 1 : LE VOILE ET LE CORPS”

  1. Françoise dit :

    Oui!

    Je trouve la même incongruité lorsque je vois dépasser des baskets fluorescents de la robe grisâtre, et, comme femme, je ressens une véritable douleur physique à la vue de cette absence de cheveux et de chair.

  2. Amelie Breton dit :

    Est-ce que le voile dénigre réellement le corps? Uniquement? J’ai vu des femmes chercher chez des marchants le voile qui créerait le plus d’attirance parce que de mystère aux yeux des hommes! Quand vous croisez ces joggeuses ne cherchez vous pas à imaginer ce corps probablement athlétique qu’il cache? Le voile a peut-être d’autres fonctions sociales que celle de dénigrer le corps qui se sous-entend dans l’ontologie religieuse?

    • Auteur dit :

      Voilà en effet un point de vue qui se défend. Mais alors… Le corps qu’on dissimule pour mieux donner à le convoiter ? Ce sont là les stratégies du Désir, pour ne pas dire ses perversions. Il faut beaucoup d’humour pour les neutraliser. Je ne suis pas sûr que des femmes qui courent totalement voilées soient le moins du monde dans la pratique d’aucun humour.

  3. […] également mes articles : 1. Le Voile et le corps. 2. Intégrisme et servilité. Recommander sur Facebook Partager avec Stumblers Tweeter Imprimer […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *